« Pourquoi toujours plus que l’année précédente ? »

« Pourquoi toujours plus que l’année précédente ? » Cette interrogation formulée par l’un de mes anciens collègues de travail s’est imprimée dans mon esprit, sans trop que je ne sache pourquoi.


Durant ma carrière professionnelle, j’ai travaillé pour un grand groupe français qui commercialise des articles de sport (mais si, son logo est blanc sur fond bleu ;-). Sportif passionné, je peux affirmer que j’y ai vécu des années de travail où j’étais épanoui. J’aime le commerce, j’aime le sport, quoi de mieux que cet environnement pour moi à l’époque ?

J’y ai fait de nombreuses rencontres, y ai passé de fabuleux moments d’échanges, de partage, d’accomplissement…

Il s’agit également d’une entreprise qui mise beaucoup sur la formation de ses collaborateurs. qu’il s’agisse de formations techniques ou de développement personnel, le catalogue est assez varié et il était plaisant de pouvoir les suivre au gré de ses envies. C’est au cours de l’une d’entre elles en 2015 qu’un collègue (dont j’avais fait la connaissance le jour même, les formations étaient potentiellement accessibles aux plus de 100 000 collaborateurs que compte l’entreprise) a prononcé ces interrogations :  » Pourquoi devrait-on toujours avoir comme objectif de faire plus de chiffres d’affaires que l’année dernière ? Et pourquoi on ne se fixerait pas comme indicateur de faire moins ? »

Avec mon esprit très rationnel, j’ai balayé d’un revers de pensée ces interrogations en me disant qu’elles étaient absurdes. Pour moi, il était tout à fait logique qu’un groupe de commerce vise à faire plus de chiffre d’affaires que l’année précédente. C’était une logique de croissance. Mais au final, quelle logique de croissance suivons-nous ? et pourquoi cette interrogation a résonné toutes ces années à l’intérieur de moi comme un message à prendre en compte ?

Ma vision semble légèrement différente aujourd’hui. Avoir réussi à expérimenter l’apaisement dans le moment présent remet en question les certitudes que je pouvais avoir par le passé.


Notre but dans la vie réside-t’il en une accumulation de richesses externes (l’argent) ? où dans la satisfaction de ce que l’on est et ce que l’on possède à un instant T, l’instant présent ?

J’ai plutôt envie de suivre cette voie et bien qu’elle me fasse peur, j’ai le sentiment qu’il s’agit de celle à suivre.

Nicolas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :